MON ANGE

avec Lina El Arabi

Photo Basile DELL

Pitch

Lina El Arabi - ©Carole Bellaïche

Inspiré d’une histoire vraie, Mon Ange relate l’incroyable destin d’une jeune femme kurde devenue malgré elle le symbole de la résistance lors du siège de la ville syrienne de Kobané en 2014/2015.

« Je fais la grasse matinée. Je l’ai mérité, j’ai été prise à l’école de droit. Ma récompense : pas de devoirs pendant quelques jours.

« Rehana, lève toi. »

J’émerge lentement du sommeil.

Ça crépite. Ça explose. Ça cogne. Là-bas, dans les champs.

Un feu d’artifice en plein jour ?

« Rehana, lève-toi. »

Ma mère, affolée à la porte. Son foulard qui tremble.

« On s’en va. Fais tes bagages. »

Elle me lance un des sacs en toile de jute dont on se sert pour la cueillette ; les fermiers ne prennent jamais de vacances, on n’a pas de valises.

« On va où ? »

« En Europe. »

Elle fait claquer les portes des placards, choisit en une seconde des habits, des bibelots et des bijoux.

« Daech arrive. » »

"Angel" de Henry Naylor - Traduction Adélaïde Pralon

Angel est le troisième volet de la trilogie 'Arabian Nightmares'. 

Cette trilogie "Cauchemars d'Orient" est disponible en français aux éditions Avant-Scène Théâtre / Renauld & Richardson.

(Henry Naylor est représenté dans les pays francophones par Renauld & Richardson en accord avec United Agents Ltd London)

avec Lina El Arabi dans le rôle de Rehana

Mise en scène de Jérémie Lippmann

Décor de Jacques Gabel

Lumière de Joël Hourbeigt

Son de Adrien Hollocou

Costumes de Colombe Lauriot-Prévost

  • Facebook Social Icon

A propos de l’Ange de Kobané

On ne sait pas grand-chose sur Rehana, l’Ange de Kobané, malgré la légende qui s’est construite autour d’elle, légende renforcée par la création de la pièce d’Henry Naylor.

Ce que l’on sait, c’est qu’elle était étudiante en droit, qu’elle a abandonné ses études pour devenir sniper et aider à repousser l’ennemi hors de la ville.

C’est ainsi qu’elle s’est retrouvée au cœur du siège sanglant de Kobané. Selon la rumeur, elle aurait tué plus de 100 membres de Daech.

Ces derniers ont affirmé l’avoir capturée puis décapitée… deux fois.  De son côté, la lutte armée kurde soutient qu’elle s’est évadée… deux fois. Le mystère reste donc entier.

 

Les événements relatés dans Mon Ange sont arrivés à Rehana, ou pas, mais la pièce relate les vraies aventures de jeunes femmes à Kobané au moment du siège par Daech. Ainsi, la pièce s’inscrit comme l’histoire universelle d’un conflit et d’un peuple, au delà d’un destin personnel.